Aller au contenu  Aller au menu  Aller à  la recherche

logo Insa
Institut National des Sciences Appliquées

Anne Chaneac / Julie Carrié

Interview de Julie Carrié et Anne Chaneac

 

Bonjour à vous, cette semaine, une fois n’est pas coutume, ce sont deux charmantes représentantes de la gente féminine qui se sont prêtées pour votre plus grand plaisir au jeu des questions-réponses. On s’aperçoit rapidement que derrière ces jolis minois se cachent deux vrais tempéraments de championnes :
Anne Chaneac qui nous rappelle que le rugby n’est pas uniquement un sport d’hommes et Julie Carrié épéiste de grand talent.


Théo Henriel : Première question présentez vous : âge, sport pratiqué, année d’études, mensurations … ?


Anne Chaneac : Je m’appelle Anne Chaneac, je suis en 4ème année GPE, je fais du rugby au Saint Orens Rugby Féminin. Je fais 1m77 pour 69 kilos et je joue au poste de numéro 8.


Julie carrié : Je m’appelle Julie Carrié, je suis en 5eme année Génie Civil, je pratique l’escrime au Toulouse Université Club. Je fais de l’épée.

T.H : À quelle fréquence vous entraînez-vous ?

 
A.C : J'ai trois entraînements collectifs par semaine : deux de rugby et un de préparation physique. Plus deux entraînements individuels de renforcement musculaire.


J.C : J’ai deux entraînements spécifiques par semaine et un entraînement physique.

T.H : Quel est votre palmarès sportif à la fois universitaire et fédéral ?

A.C : Je suis championne d’Europe groupe B en 2007 avec l’équipe de France universitaire et j'ai eu un titre de championne de France de deuxième division avec mon club de Saint Orens en 2009. J’ai été sélectionnée en équipe de France A pour le tournoi des 6 nations 2009.


J.C : J’ai participé aux championnats du monde cadets, j’ai pu participer également à de nombreuses compétitions internationales et j’ai été par deux fois vice championne de France. Par équipe, j’ai été plusieurs fois médaillée aux championnats de France.

T.H : Quels sont vos objectifs pour la suite ?

A.C : Avec mon club, la priorité reste le maintien en élite. À titre personnel, la coupe du monde en août 2010 en Angleterre est un objectif. Toutes les filles sont motivées et il faut savoir élever son niveau pour avoir une chance d’être sélectionnées.


J.C : En équipe, l’objectif est de monter en première division et individuellement d’obtenir des sélections internationales en senior.

T.H : Pour les prochaines questions c’est Anne qui va répondre sur Julie et vice versa. Première question, quel est l’atout principal de votre camarade sur un terrain ou dans la vie ?

A.C : J’avoue que je n’ai jamais été la voir pratiquer l’escrime mais dans la vie elle est extrêmement fêtarde et elle a toujours le sourire, elle est toujours heureuse.


J.C : Sa principale qualité c’est bien sûr ses nouveaux yeux tout beaux tout bleus qui font des ravages (NdThéo : Anne s’est fait opérer de la myopie cet été). C’est aussi une grande persévérante car, pour ses premières années à l’INSA, elle n’a pas pu avoir le statut de sportive de haut niveau et elle a dû mener de front le sport et les études sans se décourager.

T.H : Et son principal défaut ?

A.C : Pour moi son principal défaut est plutôt un mystère puisque je me demande comment elle peut être aussi calme et posée dans la vie et être aussi vive et agile dans son sport. Dans la vie, elle ne se presse jamais, elle est cool …


J.C : Le défaut ce serait encore ses yeux car ils sont trop bleus (rires…).

T.H : En quoi le statut de sportive de haut niveau l’aide dans la vie de tous les jours ?
A.C : Le statut est très utile pour récupérer les cours après les absences dues aux compétitions et bénéficier de tutorats.


J.C : C’est super pour Anne de pouvoir pratiquer son sport au plus haut niveau tout en continuant ses études avec succès. Et depuis qu'elle a ce statut de sportive de haut niveau, elle peut le faire avec beaucoup plus de facilité.

T.H : Dernière question : une petite phrase pour promouvoir votre sport ?
A.C : Le rugby pour moi c’est avant tout des amitiés super fortes et des moments vraiment énormes ! 


J.C : À l’escrime, qui s’y frotte s’y pique …



Théo (bien aidé par JJD)