Aller au contenu  Aller au menu  Aller à  la recherche

logo Insa
Institut National des Sciences Appliquées

Jean Cazabat / Florent Vié

Interview de Jean Cazabat et de Florent Vié

 

Bonjour chers lecteurs de Contact, pour vous en exclusivité une toute nouvelle rubrique qui va vous permettre de découvrir les stars de votre école : les sportifs de haut niveau. 
Ils sont rugbymen, footballeurs, judokas mais aussi nageurs, athlètes ou patineurs et chaque semaine ils se livrent à nos journalistes comme jamais ils ne l’ont fait. 
Cette semaine ce sont deux rugbymen : Florent Vié et Jean Cazabat qui se jettent a l’eau pour une première… musclée. 
C’est dans le cadre luxuriant d’un hôtel toulousain que le rendez-vous est fixé et c’est Jean Cazabat qui arrive le premier suivi quelques minutes plus tard de Florent Vié tout droit sorti de l’entraînement. Après quelques questions les deux gaillards se prennent au jeu et montrent que les rugbymen manient aussi bien la langue de Molière que les ballons ovales. 

T.H : Première question, présentez vous rapidement : âge, sport pratiqué, année scolaire, mensurations ? 
Jean Cazabat : C’est ma quatrième année à l’INSA et je suis l’enseignement de 3ème puisque j’ai fais ma 1ère année en deux ans. Je joue au rugby au Stade Toulousain en équipe espoir (NdlR : équipe réserve de l’équipe première). Je mesure 1m87 et je pèse 100 kilos. 

Florent Vié : Je suis en 3ème année à l’INSA et cette année j’aménage mon année en 2 ans. Je joue au rugby à Colomiers en équipe espoir. Je mesure 1m82 et je pèse 82 kilos. 

J.C : Dans le rugby moderne c’est ce que l’on appelle un monstre… (rires) 

T.H : A quelle fréquence vous entraînez-vous ? 

J.C : Je m’entraîne tous les soirs 1h30 en plus des matchs et des oppositions contre l’équipe première certains mercredis matin. 

F.V : Je suis au centre de formation de Colomiers donc je m’entraine 9 fois par semaine c'est-à-dire quasiment deux entraînements par jour.

T.H : Quel est, à l’heure actuelle, votre palmarès sportif ? 

J.C : Je suis champion de France des grandes écoles avec l’INSA en championnat universitaire et j’ai réalisé le grand chelem (NdlR : victoire des 5 matches du tournoi des 6 nations) avec l’équipe de France des moins de 18 ans.

F.V : J'ai été champion de France Crabos (moins de 19 ans) il y a deux ans avec Colomiers. 

T.H : Maintenant on change puisque c’est Jean qui va répondre aux questions sur Florent et vice versa. Pour commencer donnez-nous le principal atout de votre camarade sur un terrain ? 

J.C : Pour moi la principale qualité de Florent c’est sa vitesse et ses appuis.

F.V : Je dirais aussi sa vitesse et ses appuis (rires…) 
(NdlR : pour ceux qui ne le connaissent pas Jean est plus apte à vous renvoyer tendrement à vos chères études d’un plaquage appuyé qu’à déplacer ses 100 kilos de muscles à pleine vitesse.) 

T.H : Et quel est son plus gros défaut ? 

J.C : Le plus gros défaut de Florent c’est bien sur qu’il joue à Colomiers.

F.V : Le gros problème de Jean c’est qu’il est très à l’aise quand il est entouré mais que dès qu’il se retrouve seul il perd un peu pied. 

T.H : En quoi le statut de sportif peut aider votre collègue dans sa vie de tous les jours ? 

J.C : C’est plutôt avantageux pour lui qu’il soit précisé sur son CV qu’il est sportif puisque quand on ne connaît pas Florent et qu’on le voit pour la première fois on n’a pas vraiment l’impression que c’est un sportif : Il n’est pas très costaud et il ressemble plus à une crevette qu’à un athlète. 

F.V : Le statut de sportif de haut niveau a été en quelque sorte un renouveau dans la vie de Jean puisque après avoir essuyé pas mal d’échecs dans de nombreux domaines notamment l’haltérophilie ou la force basque (rires), Jean a enfin trouvé une voie où il excellait : le rugby et depuis ce jour-là il s’est vraiment épanoui. 

T.H : Merci à vous deux et avant de partir une petite phrase pour promouvoir votre sport ? 

J.C et F.V : Au rugby que tu sois fort ou menu tu es toujours le bienvenu… Mais si t’est fort c’est quand même mieux.



Théo pour le bureau de l'AS